samedi 17 mai 2008

pluie d'été beau temps pour aimer

À un mec dans le métro hier

Pluie d'été beau temps pour aimer
Timide barricade d'heures
Langueur humide regroupée
Pour vivre encor pendant ce temps
On cherche des yeux ces figures
Qui passent seules d'une traite

Décolorant des jours entiers
Sous ces suavités incessantes
Dans l'attente pressée distraite
Qu'il ne pleuve plus que sur eux

Quelques instants d'attente à temps
Pour détailler à toute allure
Ceux qui retardés nonchalants
S'effacent à la dérobée

Lorsqu'ils s'en vont plus beaux encor
Plus encor lisière d'ailleurs

On a pu oser les chercher
Les contourner de lumière
Faire de leurs lèvres d'adieux
Un encart de possible au bord
Du long égrènement des mieux
Qu'on défend d'entrer dans notre air
Et qui revient forme insouciante
Quand ont cessé les pluies d'été


5 commentaires:

Black Sharne a dit…

Je sais pas si toutes les phrases ont un sens concret ou seulement certaines, mais c'est très joli, et ça me rappelle la chanson des Chansons d'Amour, " il pleut sur le génie de la Bastille" (sauf quand la maman chante, insupportable), je sais pas trop pourquoi, mais c'est un bon point, voilà.

Il est vraiment tout choupi çui-là.

Jilian Essandre a dit…

Ha si si, toutes "ont un sens" -enfin, pour moi-
Mais si ça te rappelle les chansons d'amour, ça ne peut que tout péter, je suppose (sale euh... sale geek des pédés !!)

Jordi a dit…

Ca devait être moi.

Black Sharne a dit…

Jilianichon> c'est toi le pédé.

Jilian Essandre a dit…

je suis eu !