jeudi 2 octobre 2008

Indécision, indistinction, hérésie

Enfin fini. Poème forcément métaphorique, dans la veine (d'espoir) poétique des Ministres, et dont la particularité formelle est de pouvoir être lu sans prêter attention au décrochage typographique, dessinant alors un sonnet allongé de trois fragments d'éternité plutôt qu'un sonnet entrecoupé de promesses.
Le titre est de Roubaud.




Méditation de l'indécision, de l'indistinction, de l'hérésie


Un jour que crépitant des afflux des possibles
J'aurai vu l'abandon apprêter sur mon cas
Ses écarts trop souvent, un jour que l'ordre aura
Trop traversé de son âge les indicibles,
Je serai anarchiste ;
Au jour claquant des bris des ordres, à ce jour
Que la blancheur désiste, et que défend le vide,
Où sera circonscrit l'inconnu par la bride,
Et si l'humain persiste à chanter comme un sourd,
Je serai communiste ;
Au jour seul alourdi par la plurielle teinte
Et par l'heure et la piste au-delà l'ordre atteinte,
Ouvert, étreint d'ennui, aux chapes bleues ouvert,
Je serai libertaire
Au chevet d'une plainte, un jour dont la romance
Aura tait l'ordinaire. Écrivant sans la science,
Être au nom d'affre éteinte, avoir par goût de l'air.

9 commentaires:

Jilian Essandre a dit…

Ce qui donne "aussi", donc :


Un jour que crépitant des afflux des possibles
J'aurai vu l'abandon apprêter sur mon cas
Ses écarts trop souvent, un jour que l'ordre aura
Trop traversé de son âge les indicibles,

Je serai anarchiste ; au jour claquant des bris
Des ordres, à ce jour que la blancheur désiste,
Et que défend le vide, où sera circonscrit
L'inconnu par la bride, et si l'humain persiste

À chanter comme un sourd, je serai communiste ;
Au jour seul alourdi par la plurielle teinte
Et par l'heure et la piste au-delà l'ordre atteinte,

Ouvert, étreint d'ennui, aux chapes bleues ouvert,
Je serai libertaire au chevet d'une plainte,
Un jour dont la romance aura tait l'ordinaire.

Écrivant sans la science,
Être au nom d'affre éteinte,
Avoir par goût de l'air.

Levia a dit…

C’est encore un peu (beaucoup) abscond pour moi, mais j’ai bien aimé. Toutefois, c’était trop compliqué pour moi, alors je n’ai pas tout compris… ("un jour que l'ordre aura
Trop traversé de son âge les indicibles", "la plurielle teinte, l'heure et la piste au-delà l'ordre atteinte, Ouvert, étreint d'ennui, aux chapes bleues ouvert" et "Être au nom d'affre éteinte,
Avoir par goût de l'air" ???) Juste vaguement et j’ai apprécié le rythme et le sujet global, la musicalité surtout. Voilà pourquoi j’ai un peu honte de laisser des coms sur tes poèmes ‘^^

Je m’imaginais être une gamine qui étudierait ça à l’école et j’aurai été un peu vénère… ça m’aurait fait un peu détester les poèmes.

Tu les postes sur des forums prévus à cet effet, tu les montres à des gens plus en phase ?

Sabotage a dit…

En poésie, y'a pas à dire, c'est toi le meilleur, et de loin.

De très loin.

Souvent lire des trucs comme ça ça me donne envie moi aussi de faire mon poëte (pronounce "poyète"), mais du coup c'est très humiliant, parce que je ne peux qu'écrire de la merde. C'est marrant, aussi.

Jilian Essandre a dit…

Sabotage> Mais tu m'as déjà dit ça, et ça m'étonne quand même. Tu peux beaucoup : je vois mal pourquoi la poésie serait un champ particulièrement autre, et inaccessible... Ou bien t'en as peut-être trop lu ? (Moi j'en ai pas lu assez)
Dans ce que j'ai lu de tes oeuvres sur PourFinir, il y avait de belles choses.

Levia> Sabotage, Levia ; Levia, Sabotage ; Sabotage est un gens plus en phase. =)

Black Sharne a dit…

J'aime bien ton poème, ça sonne comme si on pouvait danser dessus, t'y vois ce que je veux dire?

J'aime vraiment bien, you're so talentuous, mais je dois t'avouer que j'ai un peu la flemme de wiktionnerer tous les mots dont le sens précis m'échappe afin de mieux saisir ce que tu as voulu dire.

Mais bon, hein, comprendre à moitié, ça donne plus place au rêve (je m'auto-console); j'ai encore plus nul à dire, mais ce que j'en ai saisi me plaît. Saligot.

Un jour, tente le coup de faire un recueil de tes poèmes les plus beaux (et pas forcément les plus obscurs) et de le faire publier! T'imagines? T'es vraiment doué, hein, just in case. Love ya babe, yeah, kiss love (vive les blagues à répétition)

Jilian Essandre a dit…

J'ai le temps avec un recueil ! Il me faudrait une petite centaine de poèmes pour ça...!
Mais pour le coup c'est pas tellement les mots qui sont wiktionnerables ici, rien de fou.

Black Sharne a dit…

Oui en fait ils sont pas compliqués.

Je veux refaire mon commentaire en ôtant la partie où je dis qu'il faut wiktionnerer.

Le seul mot sur lequel je suis tombée où je me suis dit vaguement que je n'étais pas certaine du sens c'était 'bris'. Mais en fait, bris, c'est un peu comme débris, mais sans la connotation ordure & trash, enfin, le résultat de ce qui est brisé, donc bon en fait je connais. Alors chut.

Mais des poèmes, t'en as déjà beaucoup beaucoup, non?
Enfin, il me semblait. En plus, c'est le moment de les sortir, les jeunes écrivains talentueux c'est trop à la mode en ce moment.

Autre a dit…

Etoile à mer, d'une comptine libertaire, là où le mystère dialogue avec la conscience entre humilité et insolence...^^

Black Sharne a dit…

J'le kiffe ce poème. A chaque fois que je vais sur ton blog je le relis et plus je le relis plus j'le kisslove. <3