dimanche 2 septembre 2007

Incinérez Zarathoustra

Si le nietzschéisme est tellement à la mode qu'il en devient vulgaire, c'est parce que ce bon vieux Friedrich est un génie farabuleux, vous dites-vous en vous-mêmes, jeunes lecteurs à l'oeil fou. Mais c'est aussi parce que Nietzsche, c'est un grand malade. On n'imagine pas à quel point ça peut donner n'importe quoi.

Pour vous en convaincre, voici quelques extraits de son Zarathoustra, de la quatrième partie plus précisément, celle où manifestement, il s'est lâché.

*

Zarathoustra, faut pas le faire chier : « Arrête de clapoter à ce propos, espèce de nuage de pluie en pleine matinée ! »

*

Comme beaucoup de prophètes errants, Zarathoustra a une façon particulière d’exprimer sa joie : « Qu’est-ce que je viens d’entendre? répondit Zarathoustra : quelle sagesse pour des rois ! Je suis ravi, et en vérité ça me donne envie de faire quelques petits vers là-dessus. »

*

Et Zarathoustra continua son chemin pensivement, s’enfonçant toujours plus profondément et plus loin dans les forêts et le long de fonds marécageux ; mais comme il arrive à qui pense à des choses difficiles, il marcha par mégarde sur un homme. (Ah oui moi aussi c’est pareil, quand je réfléchis je me retrouve toujours à marcher sur des gens.) Et voyez, un cri de douleur, alors, deux jurons et vingt graves insultes lui jaillirent au visage : de sorte que dans sa frayeur il leva son bâton et frappa encore celui sur qui il venait de marcher (normal). Mais aussitôt il retrouva ses esprits ; et son cœur rit de la folie qu’il venait de commettre (il a un humour un peu spécial, Zarathoustra, les prophètes en fait ils se tordent de rire devant Vidéo Gag).

« Pardonne-moi, dit-il à celui qu’il avait heurté et qui s’était levé plein de colère et s’était assis : pardonne-moi et écoute d’abord une parabole. » (Heureusement que Zarathoustra il se balade en forêt et pas en banlieue, parce que un wesh qui t'agresse après que tu l'as poussé, tu lui dis "jeune ami, avant de me racketter, écoute donc une parabole", il va croire qu'en plus, tu l'insultes)

*

Dans ce nouvel épisode, Zarathoustra rencontre Lord Voldemort : «Qui es-tu donc ! s’écria le vieux magicien d’une voix pleine de défi, qui a le droit de me parler ainsi à moi, le plus grand qui vive aujourd’hui ? » - et de ses yeux un éclair vert jaillit en direction de Zarathoustra. (AVADA KEDAVRA)

*

Un exemple de remarquable trait d'humour nietzschéen : « Pour parler entre trois yeux, dit le vieux pape, devenu gai (car il était aveugle d’un œil) […] »

*

Mais comme le chemin tournait autour d’un rocher, le paysage tout à coup changea et Zarathoustra entra dans le royaume de la mort lequel est comme chacun sait habilement camouflé derrière un rocher. Paye ta transition.

*

Le mendiant volontaire dégoise : « Populace en haut, populace en bas! Qu’est-ce que c’est aujourd’hui « pauvre » et « riche » ? Cette différence, je l’ai désapprise, – alors j’ai fui, loin, toujours plus loin, jusqu’à venir auprès de ces vaches. »
Ainsi parla le débonnaire (qui longtemps s’était couché) (pardon), et il se mit lui-même à souffler et à transpirer en disant ces mots : de sorte qu’à nouveau les vaches furent frappés d’étonnement (c’est vous dire l’ambiance).

*

Zarathoustra, 58 ans, diététicien : « Tu me sembles plutôt homme à te nourrir de plantes et de racines. Peut-être écrases-tu des graines. Certes, tu es ennemi des joies carnivores et tu aimes le miel.
- Tu m’as bien deviné, répondit le mendiant volontaire, le cœur soulagé. J’aime le miel et j’écrase aussi des graines car je cherchais ce qui a bon goût et qui rend l’haleine pure (eh oui en fait ce chapitre c’était la pause pub pour Ricola)

*

Le mendiant volontaire, il sait parler aux prophètes : « Toi-même tu es bon, et meilleur encore qu’une vache, ô Zarathoustra !
- Va-t’en, va-t’en ! vil flatteur ! cria Zarathoustra plein de colère, que me gâtes-tu de telles louanges et d’un tel miel de la flatterie ! »

*

L'ombre : « Je suis un voyageur qui a déjà beaucoup marché sur tes talons : toujours en chemin, mais sans but et sans domicile : et peu s’en faut que je ne sois l’éternel juif errant, sauf que je ne suis pas éternel et pas non plus juif. » (C’est malin)

*

Zarathoustra reconverti en emo des bois : « Que m’arrive-t-il ? Silence ! Quelque chose me pique, – ô douleur – au cœur ? au cœur ! Ô brise-toi, mon cœur après un tel bonheur, après un tel coup !
– Comment ? Le monde ne vient-il pas d’atteindre sa perfection ? Rond et mûr ? Ô cercle d’or, cerceau – où s’envole-t-il ? Vais-je lui courir après ! Passé !
Silence… » (et ici Zarathoustra s’étendit et sentit qu’il dormait). (Il est très fort)

*

Et puis des fois, Zarathoustra a vraiment l’air nazi : « Ce qu’il y a de meilleur me revient à moi et aux miens ; et si on ne nous le donne pas, nous le prendrons : la meilleure nourriture, le ciel le plus pur, les pensées les plus fortes, les femmes les plus belles ! »
Ainsi parlait Zarathoustra ; mais le roi à droite lui répondit : «Comme c’est curieux, a-t-on jamais entendu de telles choses aussi astucieuses sortir de la bouche d’un sage ? »

3 commentaires:

Your Dog a dit…

Salut ; j'adhère dans une certaine mesure au constat qui ouvre cette note ; cela dit je ne vois pas bien où tu m'as linké, mais qu'importe, ces lieux ont l'air fort sympathiques et je n'exclus pas d'y retourner ;)

Jilian a dit…

c'était dans les commentaires de la note juste avant, en fait

Ludwig a dit…

III.8 «En vérité, je finirai par mourir de rire, de voir des ânes en état d'ébriété et d'entendre des veilleurs de nuit douter de Dieu de la sorte.»