mardi 28 août 2007

Schrödinger avait raison


Je commence à en avoir marre, là. C'est n'importe quoi cette histoire.

Je veux dire, tu rentres de Sicile, tranquille, bronzé. (Bon bronzé dans mon cas ça veut dire livide au lieu de transparent, genre "ah mais t'es resté à Paris toi ?", genre "Mais c'est pas possible d'être plus blanc que ça, t'es pas bronzé" "Tiens regarde la marque du maillot" "AAAAAh" *fuit*, mais bronzé nonobstant.) Donc tu rentres de vacances, tu réintègres la casba, tu redéranges tes quartiers oranges. Tu es content car ton père a enfin fini de déménager et il ne reste presqu'aucune de ses affaires gênantes, y compris sa présence. Et en plus il fait beau sur la capitale pour la première fois depuis vingt mois juste quand tu débarques : jovial tu es.

Sauf que.
Sauf que tu ne t'attends pas forcément à ce qu'il te manque un chat. Non non non. Et pourtant, le fait est là, tu as beau fouiller tous les recoins, il n'y a plus qu'un chat sur les deux. Laquelle (oui c'est une femelle, et l'autre aussi d'ailleurs, mais maintenant, je te le dis, le féminin de chat c'est chat, sinon on ricane gravement quand tu distribues tes affiches de recherche dans les magasins du quartier avec les larmes au coin des yeux), laquelle donc est devenue complètement folle, et ne sait pas pourquoi parce qu'elle est complètement conne (c'est un chat, hein), mais elle miaule à tout va et se meurtrit de solitude que c'en est insupportablement triste et tristement insupportable.

A ce stade-là tu échafaudes des hypothèses habiles. Parce qu'un cadavre de chat, c'est déprimant, mais un non-cadavre de chat, et même un non-chat, c'est relativement pas probable. Alors qu'est devenue la toutoune après quelques jours dans un appartement au cinquième étage blindé ?
La seule ouverture était la terrasse : elle aurait pu sauter et son petit corps déboyauté aurait été gloutonné par les pigeons (j'ai tourné la phrase dans tous les sens, mais raté, elle est toujours pas drôle). Mais c'est quand même peu envisageable, elle a pas sauté en onze ans, elle va pas se prendre l'envie d'un coup comme ça parce qu'il fait pas beau. En plus la terrasse donne sur la cour intérieure, elle aurait pas disparu à l'impact.
Autres hypothèses, sachant que mon père est passé plusieurs fois pour prendre ses affaires et les emmener loin loin dans un quelconque chez-lui :
- il a laissé la porte ouverte (ce con) et elle s'est enfuie. Mais c'est improbable, puisqu'il y a plusieurs portes avant la sortie de l'immeuble, elle serait restée dans l'escalier...
- il l'a écrasée avec son lit et a pas osé nous l'avouer (non mais même objectivement, mon père est une tapette abrutie, on sait jamais) (j'ai assez moyennement gardé cette possibilité, c'est quand même gorissime) (et puis ça aurait laissé des traces de sang sur la moquette)
- il l'a mangée
- il l'a embarquée avec lui, le fourbe
- il s'en est fait des mitaines
Au point où on en est, tu écoutes même tes amis compatissants qui t'assurent qu'elle a été piquée par une araignée radioactive et vogue joyeusement pourchasser la veuve et l'orphelin...

Tu commences à faire des recherches, à poser des affiches, mais le coeur y est moyen, puisque t'as aucune idée du pourquoi du comment, tu es perdu en pleine mystèritude.

Et ce matin, miracle ! Un appel subit d'une vieille dame du coin t'en sort un pitit peu. Madame Mystèritude, c'est même pas une meuf de l'immeuble, style tous les locataires se sont donnés le mot pour te laisser crever dans ta détresse parce que t'es la famille du proprio, j'adore. Aimez les gens. Et alors Madame Mystèritude elle te dit qu'en passant voir une autre pote vieille dame dans la semaine, elle a appris l'affaire.

L'affaire, c'est que mon abruti de père a bien dû laisser la porte ouverte, vu que le chat en question s'est coincé dans un recoin du coffrage dans une cage d'escalier (me demandez pas, je sais pas ce que c'est) (une histoire de fin de canalisation, un truc comme ça). Donc tout le samedi, et tout le dimanche, les gentilles gensses de l'immeuble ont entendu des miaulements terrorisés et éperdus dans un endroit invisible de l'escalier, alors geint geint, grogne grogne. Le lundi, que je t'appelle l'architecte-gérant, et que je te fais envoyer des gens pour chercher le chat paumé.

Mais chaton malheureux, chaton peureux, alors chaton se terre six pieds sous terre et se révèle indémerdablement coincé. Par dépit, les gens envoyés ouvrent deux-trois portes de coffrage ou que sais-je pour que genre le chaton peut sortir s'il lui prend l'envie de gambader attraper des souris entre les étages.

Le jeudi, le chat est toujours coincé, miaule toujours bien que assez moins fort, le pauvre. Locataires : soupire soupire, geint geint, grogne grogne, que je t'appelle les pompiers (il était temps, plutôt). Pin pon et hop hop, les pompiers déboîtent tout, sauvent habilement le chaton, et tout aussi habilement, le laissent s'échapper dehors. Parce que c'est vrai, faut comprendre, un pompier, c'est musclé, c'est sexy, c'est plein d'uniforme, c'est viril, ça te sort dans les bras de la maison en feu, mais contre un féroce chaton armé jusqu'aux griffes, c'est complètement démuni. Alors voilà-t-y pas que le chat véloce sème tout le monde et s'en repart vagabonder dans Paname. Je te rappelle que ce qui passe devant l'immeuble, c'est la nationale. Youpi youplà tralala.

A ce stade du récit de Madame Mystèritude, tu hallucines quand même un chouïa, sans champignon ajouté, et tu déprimes un tout ptit chouïa aussi, vu que ton chat pur pedigree d'appart depuis 1812 promène son pelage obscur dans la jungle obscure de la ville obscure dans la nuit noire (et obscure).

Je passerai sous silence (c'est une figure de style : en fait je vais le dire juste après) la sollicitude naturelle des Parisiens et banlieusards (tu vois ? c'est rusé hein ?), pas seulement des locataires, mais aussi des commerçants avenants, parce que comprends-tu, monsieur client, c'est hypeeeeeer pas possible de placer votre avis de recherche, comment voulez-tu qu'on aille gâcher la belle vitrine avec une intolérable petite feuille blanche où ya même des mots, et à part ça c'est sur place ou à emporter ?


...Alors en désespoir de cause :
Nous recherchons notre chatte noire échappée dans la région de la place Marcel Sembat à Boulogne-Billancourt, perdue depuis le 23 août. Elle porte une tache blanche sur le cou, et le code CAD750 tatoué dans l'oreille droite. Si vous avez une quelconque information, merci de me contacter quelque part, genre ici. Récompense possible à la clef, en espèces, nature, tapis, tableaux, capotes, bijoux, CD, meubles, murs, toits...

55 commentaires:

Wall a dit…

Du coup je culpabilise à l'idée de mettre un commentaire sans avoir d'informations sur l'hypothétique endroit où se trouverait ton chat. :S

Que je te rassure, la phrase à propos de l'animal déboyauté picoré par les pigeons est très drôle, notamment grâce à la parenthèse. ^^

En esperant que la chatte (Oui, j'ose le dire !) te refasse signe un jour. ^_~

Levia a dit…

J'espère que tu la retrouveras, mon Jilou );
Snif... Je l'aime bien cette petite cathoune qui sait pas sauter, elle est moins belle que l'autre mais elle est plus câline...
Et j'hallucine sur la méchanceté des locataires, ils auraient pu s'occuper de sortir le chat de là plus tôt ! Et pourquoi ils ne t'ont rien dis, les connards, tss...
A moins que tu ne sois pas allé leur demander ? Comme tu aurais pu demander à ton père s’il ne savait rien à ce sujet.

Jilian a dit…

J'ai demandé aux locataires d'en bas, et j'ai laissé des affiches dans le hall et l'escalier ; et j'avais bien appelé mon père. Il m'a répondu vingt heures après, pas stressé, pour dire "qu'il croyait les avoir vues toutes les deux, qu'il savait pas trop"... Merci papa, vraiment.

Phiip a dit…

C'est "Chacun cherche son cat" rencontre "shawn of the dead" ton truc...
Bon courage, perso, le mien s'était aussi échapée (chatte noire idem), je l'ai retrouvé une semaine plus tard coincé dans l'entrepôt des témoins de Jéhova d'en face.
Donc, les petits mots avec photo, ça marche.

Levia a dit…

Mon chat a été emporté par une crue et les affichettes aussi avait marché ^^

Jilian a dit…

Ouais ouais, j'ai donné autant que possible dans le coin, on va voir... Enfin pas d'illusions, on est à Paris, hein.

meli a dit…

Jilian> allez, dans ma grande mansuétude, je vais t'aider a faire ta liste de lecture pour la rentrée scolaire:
Rose bonbon de Nicolas Jones Gorlin. Tu vas
A-DO-RER (en tout cas moi j'ai aimé).
Le roi des aulnes de Michel Tournier, un peu plus ardu que mickey mag , mais absolument sublime.
Alice au pays des merveilles de lewis Carroll, fantastiquement subversif...un classique.
Psychanalyse des contes de fees de Bruno Bettelheim, les orgres et les enfants tout ça tout ça quoi...

Et quand tu auras mal aux yeux de tant de mots, tu pourras aller regarder les peintures de Balthus.

et pour elever un peu le niveau:



Qui chevauche si tard à travers la nuit et le vent ?
C'est le père avec son enfant.
Il porte l'enfant dans ses bras,
Il le tient ferme, il le réchauffe.

« Mon fils, pourquoi cette peur, pourquoi te cacher ainsi le visage ?
Père, ne vois-tu pas le roi des Aulnes,
Le roi des Aulnes, avec sa couronne et ses longs cheveux ?
- Mon fils, c'est un brouillard qui traîne.

- Viens, cher enfant, viens avec moi !
Nous jouerons ensemble à de si jolis jeux !
Maintes fleurs émaillées brillent sur la rive ;
Ma mère a maintes robes d'or.

- Mon père, mon père, et tu n'entends pas
Ce que le roi des Aulnes doucement me promet ?
- Sois tranquille, reste tranquille, mon enfant :
C'est le vent qui murmure dans les feuilles sèches.

- Gentil enfant, veux-tu me suivre ?
Mes filles auront grand soin de toi ;
Mes filles mènent la danse nocturne.
Elles te berceront, elles t'endormiront, à leur danse, à leur chant.

- Mon père, mon père, et ne vois-tu pas là-bas
Les filles du roi des aulnes à cette place sombre ?
- Mon fils, mon fils, je le vois bien :
Ce sont les vieux saules qui paraissent grisâtres.

- Je t'aime, ta beauté me charme,
Et, si tu ne veux pas céder, j'userai de violence.
- Mon père, mon père, voilà qu'il me saisit !
Le roi des aulnes m'a fait mal ! »

Le père frémit, il presse son cheval,
Il tient dans ses bras l'enfant qui gémit ;
Il arrive à sa maison avec peine, avec angoisse :
L'enfant dans ses bras était mort.

Goethe.

Jilian a dit…

meli> ah mince, jusqu'ici j'avais des commentaires intelligents, tant pis. Je suppose que le mépris gratuit c'est la rançon de la gloire, huhu.

Enfin en dépit de ta condescendance malvenue, je te remercie de ta liste de courses ; j'ai jamais entendu parler de Rose Bonbon, je vais commander ça pour voir. Le reste, j'ai lu, merci :)

meli a dit…

et que penses-tu du principe de plaisir opposé au principe de réalité developpé par Bettelheim?

encore une fois,petit, ce n'est pas du mépris...et ma condescendance n'est pas malvenue, elle n'est pa venue tout court.

Jilian a dit…

Pardon, au temps pour moi. Tu parlais d'"élever le niveau", de "mickey mag", et tu me parles comme à un gosse (ce que je suis, mais quand même), alors j'ai cru. Mais non, tant mieux. C'est juste que j'ai du mal avec ton humour :D (sans rancune :D)

Ce que j'en pense...? Que c'est une belle analyse des contes de fées et de ce qu'ils produisent sur l'enfant.
Et que je suis encore trop gamin pour souscrire au principe de réalité, de sorte que celui de plaisir domine encore la plupart de mes choix, dans une certaine mesure.
Pourquoi ? Curieuse de quelque chose ?

meli a dit…

ah, bah, c'est malheureusement ce que je croyais.
Bon, comme chez Frodon, je dirais que j'ai l'impression que tu n'integre pas tout la portée de tes mots.
N'y vois pas là une attaque, on peut pas tout avoir ;)
Ce que je veux dire, c'est que précisement dans cette histoire de principe de plaisir et de principe de realite il s'agit la construction de l'individu, capable de n'être ni la victime de moi, ni de son sur-moi.
je cite Bettelheim (il cause tout de même mieux que moi):
"le loup sauvage et féroce represente toutes les puissances associales, inconscientes et devorantes, contre lesquelles on doit apprendre à se proteger etque l'on peut detruire par la force du moi"

donc, j'espere que soit tu n'as pas lu le livre , soit tu n'as pas compris cela pour me faire une reponse pareille.

tiens tu peux aussi lire La republique de Platon, il y a un passage tres interessant sur l'amour.

meli a dit…

victime DU moi...et marde!

Jilian a dit…

Pour être honnête je l'ai pas lu en entier, mais je pense avoir dit ce que je pensais, toujours "dans une certaine mesure".

Tu rattaches ça au débat chez Frodon, donc je suppose que c'est le même sujet. Est-ce qu'il est incompatible pour toi de me voir dire que je ne vais violer personne, mais que je n'ai pas pour autant un entier contrôle sur moi-même ?

Je suis encore jeune, je veux dire. Mon principe de plaisir est loin de précéder celui de réalité dans l'immonde pédérastie dont l'on parle tant ces derniers jours, mais il l'est souvent quand il s'agit de faire une décision, c'est choquant ?

(La République je me le suis tapé en terminale j'indigeste encore pour quatre ou cinq ans désolé ^^')

Jilian a dit…

*mais il le précède souvent (la phrase veut rien dire sinon lol)

meli. a dit…

Rhââ^, mais melange pas tout quoi...

Bon je m'explique pour que tout soit clair:
Je pense que tu as declenché une tempete dans un verre d'eau chez Frodon, en utilisantles termes que tu persiste a utiliser.
Je m'en contre-fous que tu trouve un enfant sensuel ou plus, tu ne serais pas le premier ni le dernier. C'est normal si l'on considere que c'est un corps.
Seulement voilà le corps de l'enfant c'est pas touche avec tes gros doigts, ni avec tes mots et pas non plus avec tes pensees ( que ce soit sexuel ou pas d'ailleurs).
C'est avec des lois explicites et tacites (la morale) que l'on peut fonctionner en societe.
Pose toi la question de savoir pourquoi l'inceste est interdit...on touche là a des tabous ancestraux qui ont permis a nos societes d'exister et de prosperer.

bon, attention, je commence a comprendre ton petit esprit vicieux, j'ai pas dis du tout du tout que je cautionnais quoique ce soit.

Et puis je te signale que je ne suis pas hargneuse...

ceci etant dit , tous le slivres que je t'ai conseillé ont un rapport avec le sujet.

Wall a dit…

Justement, à propos de la liste des ouvrages, j'aimerai savoir quel rapprochement tu fais entre le débat et Alice au pays des merveilles ? Ca m'interesse sinceremment, c'est une oeuvre tellement libre que ça m'intrigue de connaître les interprétations que peuvent donner certaines personnes aux textes de Lewis Carrol.

meli a dit…

wall>ben lis le...je ne suis pas prof de lettre non plus...puis j'ai d'autres chat rayés à fouetter.

Jilian a dit…

meli> tu veux que je te répondes, j'ai pas grand-chose à dire... Mais puisque tu parles de morale, je peux ajouter que je m'en considère profondément dénué. Malheureusement ?

(Je crois que c'est pour ça que dans mon post polémique, je laissais "la société" choisir. Parce que l'un des fondements de la société, c'est la morale, et la morale, j'ai jamais assimilé.)

Et e sais que tu n'es pas hargneuse, te vexe pas pour rien ^^

meli a dit…

denué de morale...hum...disons,
Pourquoi t'insurge tu a l'idée que certain ont emit que tu puisse etre un violeur potentiel?
est ce qu'il te viendrais a l'idée de coucher ta mère?
Qu'est ce qu'il t'empeche d'aller tuer tes voisins lorsqu'il font du bruit?
bon, c'est un peu schematique, mais en gros, quand je dis morale, je parle de code sociaux qui fait que l'on peut vivre ensemble.
que ces codes est ete repris par des courant de pensés religieuses est une autre histoire.
Nous avons des notions ou des idées sur ce qui est considerer comme bien ou mal.
encore une fois ce n'est pas un jugement mais un etat de fait.
Interroger et remettre en question ses fondements attise les peurs et les reactions violentes, surtout lorsque c'est fait avec un argumentaire aussi frustre que celui que tu t'es permis d'employer chez frondon, avec des vrais morceaux d'exemple tout pourris dedans.

tiens temps que j'y suis:
L'art d'avoir toujours raison de Schopenhauer

Cela pourrait t'etre utile.

meli a dit…

Ah la la il se fait tard et j'ecris n'importe comment, je te laisse rectifier les fautes tout seul.

Jilian a dit…

meli> Tu rigoles ? C'est mon livre de chevet favori (à côté des Terry Pratchett), je le connais à moitié par coeur :)

Quant à tes questions, elles sont un peu caricaturales mais euh...

Je veux pas tuer les gens, parce que je les aime par défaut. (Ca fait très neuneu, mon dieu... Enfin tant pis, j'ai vraiment de l'amour à revendre, alors dans tous les sens la phrase est neuneu)

Coucher avec ma mère ne m'est jamais "venu à l'idée" en tant qu'envie. J'ai eu des rêves oedipiens, mais ça veut rien dire il paraît. Mais bon, je suis plutôt gay, donc ce serait davantage par rapport à mon père qu'il faudrait se poser la question : or je le méprise plus que tout au monde. Peut-être que c'est juste ça qui bloque.

Et je veux pas être considéré comme un violeur potentiel, parce que j'assume pleinement quand je fais du mal aux gens, mais ça me touche profondément quand c'est faux.

Pour moi, c'est pas exactement... du sens moral.

meli. a dit…

penser que les homos ne sont pas concerné par l'oedipe...non, vraiment là,non.
t'as beau bander devant un mec t'as quand meme ete fait par une femme.

bien sûre que je suis caricaturale, il faut que je sois sure que tu me comprennes.

Je disais juste que ce que nous considerons comme bien et mal ce que notre contexte culrurel et cultuel nous inculque comme bien et comme mal.
Je reviens a cette question de l'inceste qui est typique:
Que se passe t il lorsqu'un inncetse survient dans une famille (pas forcement enfant/parent, mais disons pour faire soft cousin.cousine, ou frere/soeur...je choisi volontairement des couples hetero car ce qui est important c'estla consequence).
quand la contraception n'existait pas, faire l'amour avait bien souvent comme consequence une naissance.
Au sein d'une famille proche, cela represente un risque de malformations physiques et de tares mentales.
tout cela est impropre a la perenite non seulement d'unelignée, mais de l'espece...
Hop là boum, un interdit, vient gentillement mettre un terme a tout cela.
aujourd'hui on se retrouve avec comme un des pilliers des lois de la famille le tabou de l'inceste.
Bon , je resume, mais je vais pas faire une conference non plus.

Notre morale trouve souvent ses racines dans des causes comme celle que je viens d'enoncer.
et nous les vivons sans meme es penser.

Wall a dit…

Méli : "ben lis le...je ne suis pas prof de lettre non plus...puis j'ai d'autres chat rayés à fouetter."



Déjà je n'ai plus l'âge d'avoir un professeur de lettre.

Ensuite, si je t'ai demandé poliement quel rapprochement tu faisais entre la pédophilie et 'Alice au pays des merveilles' c'est parce que je n'en vois aucun alors que je viens de terminer l'ouvrage.
Ce livre est tellement libre que de multiples interprétations peuvent être données des "loufoqueries" de Lewis Carrol et c'était par curiosité que je voulais avoir la tienne.

Peut-être n'es-tu pas capable de l'expliquer ? (La provocation ce n'est pas vraiment mon genre mais tu as l'air d'avoir un ego assez dimensioné pour pouvoir être véxé par ma remarque et ainsi peut-être aurais-je la chance de recevoir une réponse plus digne de l'adulte auquel je croyais m'adresser.) ^^

meli a dit…

Ah bon ben, heum heum:
Veuillez agreez Mossieur, mes profondes excuses, mais un petit imbecile du nom de Jilian m'avait passablement irrité dans un echange precedant votre intervention, et en plus 'ai mes regles.

Non, serieusement, il faudrait en causer mais là j'ai plus trop le courage a cette heure.
disons, que tou comme dans les contes et les fables, il existe des "schémas" ou des "trames" qui sont chargés de sens plus ou moins sur le fait de grandir, de passer des etapes, de changer de corps (enfant a adulte), et vas y que je mets des trucs dans ma bouche qui me font grandir,...bon bref t'as compris en gros, mais alors en tres gros...

Wall a dit…

Quelle chance nous avons, nous, de ne pas avoir de règles ...



Oh pas mal. Je n'avais jamais vu ça comme ça. Maintenant quand je vais lire qu'Alice croque un bout de champignon pour grandir je vais penser à des choses malsaines, merci. ^^

Jilian a dit…

Hé ! Mais c'est qu'elle m'insulte la garce !

Je connaissais cette histoire de l'origine de la morale. Et donc ?
Non parce que j'ai déjà fantasmé sur des cousins et des cousines hein, mais je vois pas trop le rapport

meli a dit…

tu ne vois pas le rapport parce que tu fais ton imbecile (honnetement , je ne vois d'autres explications plausibles).
Et puis tu n'es pas supposé être en train de te faire dragué sur msn, toi?

Jilian a dit…

Tu parles, Ewan et Frodon se font les yeux doux dans leur coin, je suis pas le plus occupé...

Bah, tu veux simplement expliquer que si les réactions ont été aussi violentes c'est parce que j'ai touché aux fondements de la morale? Je m'en doutais un peu, de ça.

meli a dit…

non, mais ca me sidere...
tu peux peut etre m'expliquer cà, toi qui est jneu's (bon je suis pas croulante , on plus hein), parce que je ne comprends pas:
Qu'est ce que vous foutez devant vos ecrans a cette heure là à draguouiller? non, sans dec...c'est pas possible de passer sa vie devant ce putain d'ecran.
(et ne me demande pas pourquoi moi j'y suis,hein,... pas ce soir, sois un gentil garçon)

Levia a dit…

Jilian, t'es vraiment un petit con quand même '^^
Comment ça t'as pas de morale?

Jilian a dit…

Je demande rien, on a tous eu une dure soirée, hahaha.

La réponse c'est que je suis un peu drogué de l'écran, et que Ewan, il a la classe.

Jilian a dit…

Levia> bah, c'est vrai. Je l'ai toujours dit, mais on n'en a peut-être jamais parlé.
Cela ne veut cependant pas dire que je suis un psycopathe sanguinaire, je précise. Enfin pas foncièrement.

meli a dit…

Wall> oui, un clitoris possède environ 6000 terminaisons nerveuses, alors qu'un penis n'en a que 1000.
est ce que tu imagine ,ce que cela implique?

Jilian a dit…

Ouais enfin vous avez quand même moins mal à l'épilation, c'est louche

meli. a dit…

wall> euh je precise que je disais cela en reponse a ton soulagment de n'être pas incommoder tous les mois. Parce que lu comme ca ca fait un peu bizarre.

meli a dit…

ouais meme temps, je ne connais personne qui s'epile le clitoris.
tu t'epile le gland toi? dans ce cas vas consulter, il y a un probleme.

Jilian a dit…

Abrutie, mdr. C'est la même zone quand même : je voulais dire que c'était réparti chez nous, vous vous avez un petit point ridicule.

meli a dit…

Jilian, je veux bien que tu n'y connaisse rien en matiere de clitoris (et on en t'en voudras pas pour cela), mais sache, jeune homme, que ce n'est pas juste un petit "bouton", cela aurait plutot une forme de U a l'envers dont la majeure partie se trouve en dessous des tissus de l'epiderme, dont chaque "branche" mesure environ deux a trois centimetres.
Ca devient n'importe quoi, je ne vais pas passé mon temps a faire de l'education sexuelle, c'est que j'ai 600 bouteilles d'alcool fort a trouver pour les Tontons.

Jilian a dit…

meli> Tu t'instaures multitroll à facettes ? :)

Non, ça va, merci, je connais, et d'ailleurs c'est très laid. Mais défendre ses organes génitaux c'est effectivement pas très passionnant comme débat, tu veux pas revenir sur l'inceste ?

meli a dit…

figure toi qu'en plus d'être megalomaniaque, procrastinatrice dilletante et mitomaniaque vicerale (te voila prevenu, faut pas croire tout ce que je raconte), je suis curieuse.
J'essaye d'acheter des infos aux tontons et les bougres sont plutot durs en affaire.

quant a tes considerations esthetiques , on va les laisser là ou elle aurait du rester.

meli a dit…

rhôô, le lapsus!!!
Lis plutot mythomane a la place de mitomaniaque.

Levia a dit…

...
Alors quand tu me dis du genre c'est mal de faire ci, ça, comme ci, comme ça, ce n'est pas parce que tu défends des principes et donc une morale ?

Quand au fait d’avoir mal ou pas à l’épilation, je ne vois pas le rapport avec le clito, ou les terminaisons nerveuses, c’est juste une question de peau qui pendouille, forcement quand tu tires sur tes couilles, ça fait mal… Moi je m’épile jamais intégralement, parce que je ne veux pas tirer sur mes lèvres, ce serait aussi douloureux…
Quand à la puissance de l’orgasme, comme une amie me disait, on peut bien jouir plus puissamment, ça compense le peu de fois où ça arrive pour certaine, tant les mecs sont des pas doués…

Jilian a dit…

Levia> mais non ya aucun rapport, je racontais n'importe quoi, puisque je parlais avec meli.

Et non je n'ai pas de principes ni de morale. Ce qui ne m'empêche pas d'avoir un jugement...?

Jilian a dit…

Levia> tiens d'ailleurs, je viens de retrouver ça :

http://bbaabbyylloonn.blogspot.com/2005/12/la-moralit-nest-que-linstinct-grgaire.html

(C'est un pote d'Atreides il me semble)
Oui c'est très surfait le nietzschéisme, mais ça marche toujours.

meli a dit…

jilian : "je racontais n'importe quoi, puisque je parlais avec meli."
petit con!!!

Jilian a dit…

meli> moi aussi je t'aime, ma petite trollette.

Levia> et au fait, dans Péplum, Amélie Nothomb a écrit que le sens moral disparaissait au-dessus de 180 de QI. J'ai jamais fait le test, mais dans le bénéfice du doute, hahahahaha. (Huhu.)

Levia a dit…

L’instinct grégaire, c’est aussi la perte d’identité, d’individualité, au bénéfice de la vie en communauté, alors dire que la morale c’est l’instinct grégaire individuel, que ce n’est que ça… C’est dire quelque chose de vachement fun et mais de dénigrant, alors pourquoi ne pas avoir de morale serait une bonne chose, ça je ne le comprends pas mais j’ai à peine plus de 100 de QI, tout s’explique… Bref, cette discussion m’échappe... Parce que je ne comprends pas comment on ne peut pas avoir de morale si on porte un jugement sur ce qui semble bien ou mal, juste ou injuste. Celui qui n’a pas de morale, il s’en bat les couilles totale de tout, non ? Il fait aussi bien le mal que le bien, mais sans savoir le différencier, il fait juste ce qu’il a envie. Hors, toi, tu portes justement un jugement, et tu différencies le bien du mal, avec une large préférence pour le bien et le juste, non ? Donc tu as une morale, non ? Halala, c’est trop compliqué pour moi… parce que je vois même pas le rapport avec la disparition du sens moral avec un 180 de QI…

Jilian a dit…

Hé, je déconnais, pour Amélie Nothomb, c'est en aucun cas prouvé, ça m'y avait juste fait penser. D'ailleurs comme je l'ai dit, j'ai jamais fait le test, je disais pas (tout à fait) ça pour me la péter.

Je trouve cette citation au contraire totalement juste. Pour reprendre les termes nietzschéens, l'amoral vit "par-delà bien et mal" (d'ailleurs titre d'un de ses bouquins que je ne peux que te conseiller). Contrairement à ce que tu affirmes, l'amoral peut comprendre les principes de bien et de mal (qui sont la morale, qui sont définis par la société, qui sont donc effectivement l'instinct grégaire individuel) sans les appliquer ; et il peut ne pas les appliquer (c'est-à-dire ne pas juger, au sens strict) et tout de même estimer, raisonner. Il n'y a nulle contradiction.

Et non, l'amoral ne fait pas nécessairement "ce dont il a envie" - cela voudrait dire qu'hors de la morale il n'y a aucun amour, aucun respect ; et je suis, tout comme Platon, convaincu du contraire - je crois en l'amour. (Oui bon ça fait niais) (mais je m'en fous na)

Ce que tu considères comme "bon", "bien et juste" l'est vis-à-vis de la morale. La morale est nécessaire pour la stabilité de la communauté, mais comme tu l'as si bien dit, c'est une perte d'identité.

Levia a dit…

Je trouve que beaucoup se la pète en dénigrant la morale, c’est tellement fun de dire qu’elle est la faiblesse de la cervelle, ou qu’on en a besoin seulement faute d’amour. On ne peut pas aimer tout le monde, tout comme quelqu'un qui résonne et construit finalement sa propre morale en se targuant d’être détaché de toute morale et finalement une personne morale selon elle, non ? Enfin bref… Moi y’en a pas tout comprendre. Surtout le fait que des personnes intelligentes, philosophes voir talentueuse prônent le fait d’être amorale, ils ne pensent pas à toute la population dans sa globalité ? En fait, ce ne serait pas des individualistes qui n’en ont rien à foutre, à part se la péter ? « Ho ho ho, moi je ne suis point comme les petites gens, je suis par delà le bien et le mal, bien que je résonne, moi ! » Je dis ça, mais en même temps qu’est ce que j’en sais ? Je ne les ai pas étudiés… Mais c’est Descartes que je préfère, à ce sujet…

Jilian a dit…

Levia> ben oui, c'est exactement ça. Si tout le monde comprenait les philosophes, yen aurait plus.

Black Sharne a dit…

Bla, bla, bla...

(T'auras beau dire, mon commentaire fait avancer le schmilblik au moins autant que tous les autres (réunis))

Black Sharne a dit…

(Alors alors, qui c'est qu'a la plus grosse?)

Jilian a dit…

Blacky> ....pardon?

Black Sharne a dit…

Non laisse, j'étais aigrie hier(aujourd'hui je suis d'humeur joueuse, muhuhuhu)

Jilian a dit…

N'empêche que j'ai vraiment pas compris...
(Et puis reviens sur msn, fourbe ! Regarde t'es tellement absente que j'ai remporté la victoire emoblutiste sans toi, sergente !)