jeudi 9 août 2007

hier il a grêlé en août

J'ai tant d'articles prêts à l'écriture, tant de livres prêts à la lecture, tant de chansons prêtes à l'écoute, tant de choses prêtes à être connues et apprises, tant d'apparence à capturer, tant d'attention à accaparer, et je passe mes journées à observer sans but et sans motivation, sans énergie, sans personnalité.

Je fais tant de projets qui restent en l'air, je fonde tant d'espoirs que je regarde s'envoler, je reste perdu, bien que sachant où aller, les yeux devant le ciel et le coeur qui s'atterre ; je ne fais que dormir éveillé et me laisse essouffler ; et je joue dans l'amour et je vis la nuit, sans compter sur les jours qui fuient vers septembre.

Je suis entre l'attente des temps libres et la conviction d'y être, exactement entre, c'est-à-dire nulle part.

Si je n'étais pas si encore jeune, je n'aurais aucune raison de vivre.




Edit : Une fois épanché, ça va mieux, merci :)
Edit 2 : Par contre il fait toujours très novembre
Edit 3 : Et je laisse mes posts misérabilistes si je veux.

4 commentaires:

Levia a dit…

Joli épenchement emo :p

Jilian a dit…

Maieuh, j'en ai marre, je peux m'épancher gratuitement sans forcément jouer l'emo >_<

Black Sharne a dit…

Tout à fait d'accord, go Jilian! Il y'en a marre de pas pouvoir se plaindre en toute liberté, sans qu'on soit catalogués. Mince alors! C'est malin, maintenant j'ai envie de riz au curry et lait de coco.

A part ça, je connais ce sentiment de solitude et d'isolement, han, belle-île-en-mer, Marie Galante.

Jilian a dit…

Nous c'est la grêle c'est la grêle qui nous sépare et nous laisse à part